Atelier plantes sauvages

Pendant mes vacances, je me suis rendue avec ma copine Virginie, à l’atelier proposé par l’association de mon village Mille-Pertuis, sur la cueillette et la cuisine des plantes sauvages.

Voilà encore une fois une expérience très enrichissante !

L’idée, pendant cet atelier de 2h, était de nous faire découvrir quelques plantes sauvages faciles d’accès, gustativement intéressantes et que nous ne pourrions pas confondre avec des plantes toxiques.

Pari réussi pour ma part ! 😀

A chaque fois que les animatrices nous montraient une plante, je me disais « Tiens j’en ai dans mon jardin ! » et lorsque nous sommes passées autour de la table pour goûter les recettes, je me suis régalée 🙂

Voici les plantes abordées (excusez la qualité des photos, je les ai prises avec mon portable).

Le lierre terrestre avec lequel nous avons goûté un vin pétillant.

thumbnail_IMG_3536

L’achillée millefeuille, qui agrémentait un pesto

thumbnail_IMG_3537

Le plantain, très utile en cas de piqure d’insecte ou d’ampoule. Aussi en pesto.

thumbnail_IMG_3538

Berce commune. On mange tout sauf la fleur. Les graines s’utilisent dans les gâteaux, les jeunes pousses en pesto ou dans la salade. Et les feuilles, on les met dans la soupe.

thumbnail_IMG_3543

L’ortie. Nous avons appris à faire une boulette de feuille d’ortie et à la mettre à la bouche. Frais ou en soupe. Pour un thé du matin avec les feuilles sèches. Les poules en raffolent aussi.

Ce matin j’en ai même mis dans ma centrifugeuse, avec une pomme, un kiwi, une carotte… L’idée m’a été soufflée par L. du blog Et les moineaux.

thumbnail_IMG_3544

Le pissenlit dent de lion. En salade ou en tartinade. Très diurétique.

thumbnail_IMG_3545

L’alliaire avec son goût d’ail. Celle-là je n’en ai pas au jardin et c’est bien dommage. Si je trouve des graines sur mon chemin, je tenterai le semis pour cuisiner quelques pesto 😛

Avec les graines on peut faire de la moutarde. J’ai goûté, c’est bluffant.

thumbnail_IMG_3546

Feuilles de tilleul. En salade, en infusion. Coupe faim. Ses graines sont pleines de lipides.

thumbnail_IMG_3548

Je suis revenue tellement enchantée que je me suis empressée d’acquérir un manuel afin d’en savoir un peu plus.

J’ai choisi « Plantes sauvages comestibles » de chez Ulmer, largement assez fourni avec ses 50 plantes. J’ai hésité avec « Je cuisine les plantes sauvages » de chez Terre Vivante qui présente 24 plantes. J’aurai peut-être dû choisir le second, côté recettes celui d’Ulmer est bien léger.

Enfin voilà une nouvelle expérience enrichissante.

Vous comprenez pourquoi j’ai du mal à arracher ces plantes dans mes massifs ? Je pense que mon jardin sera moins nettoyé qu’auparavant. Il va falloir composer de façon à ce que chacun puisse trouver sa place 😉

Belle journée à toutes et à tous 🙂

32 commentaires sur “Atelier plantes sauvages

  1. Coucou Estelle, j’étais tellement sous le coup de l’émotion de ton interview sur France Inter, que j’ai oublié cet article 😉 Hier, en me promenant au bord de la mer, j’ai cueilli quelques fleurs comestibles, je ne les mangerai pas mais elles sont jolies en vase 🙂 Dis-moi, le plantain, je sais qu’on peut l’utiliser pour les bobos mais quelles parties de la plante sont guérisseuses, les feuilles ou les fleurs? je vais te montrer mes récoltes sur un nouveau billet, il y a deux sortes de fleurs d’ail, l’ail triquètre et une rose dont je ne connais pas le nom. Je pourrais retourner chercher quelques bulbes si tu es intéressée! Bon lundi Estelle! Bisous

    J'aime

    1. Pour le plantain c’est la feuille qui guéri les piqures et ampoules.
      J’ai hâte de voir ton billet !! Tu vas planter des bulbes d’ail des ours chez toi ? Si tu en ramasses pour toi, oui j’en veux bien 🙂 Mais il faut y aller mollo parce qu’apparemment tout le monde en ramasse et la plante est en train de disparaitre…
      Bon lundi Nath, gros bisous

      J'aime

  2. Coucou Estelle,
    Génial cet atelier.
    La nature nous offre tellement de ressources quand on les connaît.
    On m’a offert ce livre à Noël, que j’adore dans lequel il y a 54 plantes ou arbres et une variété de recettes incroyables. J’en ai réalisées déjà quelques unes et c’est Un délice gustatif à chaque fois:
    EAT NATURE, l’herbier gourmand par Anne Maehlum, photographies Nina Dreyer Hensley et Jim Hensley chez Michel Lafon octobre 2016
    Et je viens de commander chez mon libraire celui de François Couplan Plantes sauvages comestibles Chez Larousse, que j’ai feuilleté chez un copain. Très bien aussi.
    Si tu as l’occasion de les feuilleter, je pense qu’ils devraient te plaire😜 et c’est bientôt la fête des mères
    Bonne cueillette et bons petits plats
    Bises

    J'aime

    1. Ah merci du tuyau !!
      Sauf que zut, apparemment il n’est plus édité et vendu assez cher… à surveiller.
      Bon dimanche 🙂
      A bientôt

      J'aime

    2. Oui mais comme il n’est plus édité, les revendeurs d’occasion en profites pour augmenter son prix ;-)Belle journée

      J'aime

  3. Je t’ai écoutée sur France Inter et te félicite pour ce pas en avant!
    Tes phots de plantes sauvages sont très nettes. Merci pour ce partage, je les reconnaîtrai mieux, surtout le lierre terrestre qui est très bon pour beaucoup de maux en infusion.

    J'aime

    1. Merci Anne 🙂
      Il faudrait que je m’offre un livre sur les plantes médicinales, parce que je me dis que je pourrai aussi utiliser ces plantes pour des infusions adaptées 🙂

      J'aime

  4. Génial cet atelier !!! 👏😋
    Je n’arrache pas toutes ces « mauvaises herbes » en fait cela dépend où elles se trouvent .. petit à petit, je leur laisse une place à chacune et je pense de ce fait avoir plus d’oiseaux au jardin..
    Bref tout le monde y trouve son compte, et perso. j’adore toutes ces petites fleurs sauvages 😍
    J’utilise effectivement le plantain, à feuille ronde, contre les piqûres, bien utile lorsqu’on garde aussi des orties 😁
    Je n’ai pas encore d’alliaires mais de l’ail des ours, repiqué il y a 2 ans 😉..

    Bises Estelle
    Beau week-end 🌞🐓

    J'aime

    1. On tond moins souvent depuis le début de la saison aussi, et j’avoue que ces derniers jours j’aime bien voir toutes ces marguerites et les herbes de différentes hauteurs… C’est une question de point de vue et ça fait parfois du bien de changer et de sortir de ses carcans 🙂
      Bisous Sophie, bon we à toi aussi 🙂

      J'aime

  5. pour les recettes avec les plantes sauvages, va voir le blog de notre copine Emilie du SOL, elle en donne plein. Avec les orties, elle a préparé une soupe dernièrement, avec les fleurs de pissenlit elle fait une gelée (je connais et c’est très bon). C’est si bon de redécouvrir les plantes et de voir qu’elles ont plein de vertues ! Mais finalement, nous ne faisons que retrouver un passé oublié, au Moyen Age, les gens se nourrissaient beaucoup de plantes, herbes, fleurs qu’ils trouvaient dans la nature, il y avait peu de légumes tels que nous les connaissons ! Pas de pomme de terre, pas de tomates etc

    J'aime

    1. Je vais aller voir ça !
      J’ai goûté à l’atelier la confiture de fleur de pissenlit. On dirait du miel, ça a le même goût. C’est vraiment très bon !
      Tu as raison, nous réapprenons les anciens savoirs et franchement cela contribue à un mieux être, à l’autonomie, à plus de simplicité 🙂

      J'aime

  6. Quelle bonne idée d’atelier ! En effet ça permet d’accepter l' »imperfection » de tout ce qui pousse 🙂 et d’en profiter ! Ma fille a été grondée au centre aéré car elle avait montré à une copine qu’on pouvait manger l’achillée millefeuilles… 🙂 Moi j’étais trop fière d’elle 🙂
    Et alors ton jus à l’ortie ??? 🙂
    Bises Estelle

    J'aime

    1. Cela aide à changer de regard sur ces formatages qui nous ont été inculqués. Je ne dis pas que je vais consommer beaucoup de plantes sauvages, surtout qu’il semble qu’il ne faille pas en abuser… Mais cela permet de leur laisser leur place et de faire de nouvelles expériences 🙂
      Moi aussi je suis fière de ta fille !! 😀 C’est difficile pour nous parce que nous nous heurtons à ces carcans, mais le monde change et petit à petit on ne nous regardera plus de travers 😉
      Très bien le jus d’ortie ! Avec tous les fruits et légumes que j’avais mis, le goût d’herbe était sucré 🙂
      Bises L.

      Aimé par 1 personne

  7. c’est vrai que parfois on « s’énerve » au jardin en voyant toutes ces « mauvaises » herbes qui poussent mieux que les « bonnes »! mais les insectes les aiment tout particulièrement, alors, il faut leur en laisser. J’utilise l’ortie, tout le monde connait bien, mais j’ai un peu d’appréhension à cuisiner les autres plantes que tu présentes, un petit stage comme le tien me plairait bien!
    Tu nous raconteras quelques recettes? 🙂
    bonne fin de semaine Estelle, bises

    J'aime

    1. Je vous donnerai les quelques recettes que je vais essayer.
      Tu sais, hier j’allais au poulailler et mon jardin n’a pas été tondu depuis plus de 15 jours. Et bien je me suis surprise a aimé ce côté marguerites-herbes plus ou moins hautes… Un peu de sauvagerie dans notre monde bien rangé, ça fait du bien aussi 🙂
      Bises Cath, bon we

      J'aime

  8. Oui c’est vrai qu’il y’ a plein de plantes comestibles au jardin et qu’on en profite pas. Il y avait eu un reportage dans Silence Ca Pousse sur un monsieur qui ramassait les plantes sauvages et les cuisinait à sa famille/amis et j’avais bien aimé.
    Bonne journée!

    J'aime

    1. Il semble qu’il faille ne pas consommer de trop grandes quantités et nos organismes n’étant plus habitués, ils peuvent réagir avec quelques désagréments. Mais franchement, en pesto, tartinades, soupe, salade, jus, confitures, tout ce que j’ai goûté, j’ai trouvé ça très bon. Le goût est souvent amer mais c’est addictif ! 😀

      J'aime

  9. Une moutarde à l’aillaire ! Et bien je vais tenter cela. Chez moi elles colonisent un coin sauvage du jardin car je trouve qu’elles sont jolies et si en plus elles sont intéressantes au niveau du gout ça fait un atout de plus.

    J'aime

    1. Tu peux essayer, tu verras, c’est bluffant ! On ne m’aurait pas dit que c’était fait avec de l’alliaire, j’aurai cru à une moutarde à l’ancienne faite maison.

      J'aime

  10. Bonjour Estelle,

    Et bien, quelle salade ! Je les utilise toutes. C’est amusant, j’ai trouvé ma première colonie d’alliaires à côté de ma rhubarbe cette année. C’est une fleur absolument magnifique ! Il y en a plein les talus, tu en trouveras sans peine. Elle aime les sols léger, idéalement sablonneux, mais s’adapte partout.

    Bonnes cueillettes !!
    Bises.

    J'aime

    1. Oui je vais tenter l’alliaire par que je n’ai pas réussi l’ail des ours. Et franchement, j’adoooore les goûts aillés 😛
      Bises Geontran

      J'aime

    1. ça vaut le coup de sortir le nez des livres et de faire ce genre de stage. On apprends mieux je trouve. J’ai toujours été réticente à faire une cueillette juste avec le support d’un livre.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s