Plus d’animaux dans mon assiette

Et bien voilà, cela devait arriver un jour ! Je ne mange plus d’animaux.

J’ai eu une période végétarienne et puis la vie a fait que je n’ai plus eu l’énergie de préparer deux menus chaque jour pour moi et ma petite famille. Je n’en mangeais pas beaucoup mais j’essayais de cuisiner souvent végétarien pour tout le monde. A tel point que le soir, les garçons en passant la porte, demandent s’il y a de la viande au diner 😛

Il y a donc des repas végétariens chez nous mais il y a aussi des repas avec de la chair. Pour ma part, je la remplace par une protéine végétale ou du fromage ou des œufs bio. Je reste sur des recettes simples et tout le monde y trouve son compte. Enfin… des fois il faut que je signale qu’une partie du repas est faite pour moi… sinon ils me la mangeraient ! 😉

J’ai pris cette décision il y a une quinzaine de jours. Après la lecture de « Comment j’ai arrêté de manger les animaux » de Hugo Clément.

71D0MgvefwL

Pendant la lecture, l’auteur parlait de l’association L214. Je suis donc allée voir. J’ai visionné une vidéo. Enfin… j’ai terminé les yeux cachés et le sanglot dans la gorge, c’était trop intenable. Mon cœur reste soulevé par ce souvenir.

logo-L214

Depuis, je mange exclusivement végétarien et je me sens super bien. C’est comme si c’était une évidence et mon corps n’attendait que je prenne cette fichue décision. Je me sens comme libérée, en accord avec moi même. Je ne vais pas rentrer dans les détails et faire l’apologie du végétarisme, c’est un choix personnel et une décision qui se réfléchie.

Attention, je ne juge pas les gens qui mangent de la viande. Je comprends parce que cela a un bon goût. Les barbecues l’été me manqueront certainement. Si la consommation était restée raisonnée comme autrefois, je n’aurai peut-être pas fait le même choix d’ailleurs…

Mais aujourd’hui notre monde est en train de faire n’importe quoi. Cette consommation à outrance détruit la planète et ses habitants, elle fait souffrir les animaux, ainsi que le personnel qui travaille dans les abattoirs. Je ne peux pas cautionner ça. Je ne veux pas être complice et je veux parler du pourquoi de ma décision. Les gens doivent ouvrir les yeux et si on veut sauver notre planète, réduire drastiquement la consommation de viande fait partie des urgences.

Et franchement, apprendre à cuisiner autrement c’est amusant 🙂

J’ai lu pas mal d’ouvrages ces dernières années pour composer mes recettes. Les 2 que je retiens sont « Yoga cook book » et le hors série de Kaizen sur le sujet.

 

Le sujet était sérieux aujourd’hui, mais je vous souhaite une très belle journée 🙂

26 commentaires sur “Plus d’animaux dans mon assiette

  1. Coucou Estelle,
    Je comprends ta décision. Et, je ne suis pas la seule au vu des commentaires. Moi, comme toi, j’aimerais devenir végétarienne mais faire deux repas c’est pas évident. Donc, j’ai fait le choix de bien réduire la viande et de favoriser la viande bio (même si je sais bien que les bêtes subissent le même sort à l’abattoir). Au moins, elles vivent heureuses chez les agriculteurs. Je signe également toutes les pétitions pour la mise en place des caméras dans les abattoirs car les images dévoilées par L214 sont inacceptables. Je n’arrive même pas à les regarder. Parfois, elles sont visionnées aux infos et maintenant j’y pense à chaque fois que je cuisine! Je pense qu’un jour, je franchirai le pas. Je suis allée en formation de reiki et la formatrice était végétarienne. Les repas étaient sans viande et s’était super bon. Il faut juste apprendre à cuisiner autrement.
    Ma fille me demande également d’être végétarienne car elles adore les animaux. Mais mon mari et mon fils sont malheureux sans viande. C’est pas évident mais si les choses ne changent pas dans les abattoirs, je pense qu’un jour, on franchira le pas toutes les deux. Biz

    J'aime

    1. Nathalie me parlait justement de ta formation de Reiki la semaine dernière. C’est super intéressant, tu dois t’éclater !
      Pour le végétarisme, ça prend du temps. J’ai longtemps cuisiné certains jours de la viande et d’autres végétarien. Il m’a fallut ces 5 dernières années pour repérer les recettes que j’avais envie de manger régulièrement, celles qui fonctionnaient pour toute la famille. Mes 3 hommes consomment toujours de la viande. Je respecte leur choix. Mais je pars du principe que le midi en semaine ils en mangent déjà, donc le soir je peux plus facilement faire végétarien.
      Tu sais que samedi dernier j’avais des anciens collègues de mon mari à diner. Le diner était végétarien du début jusqu’à la fin. A aucun moment la question du végétarisme n’a été abordée. Je pense qu’ils ne se sont même pas rendu compte que ce soir-là ils n’avaient pas consommé de viande 😉
      Je mettrai quelques recette sur le blog. Tu pourras t’en inspirer à l’occasion.
      Belle journée Laurence.

      J'aime

      1. Bonsoir Estelle, déjà que ton blog est au top et si en plus on y trouve des recettes végétariennes, c’est génial! Le reiki s’est super intéressant et ça fait réfléchir. Un de ses principes est de respecter tous les être vivants! (Bon d’accord, j’ai un peu de mal avec ma phobie des araignées 🙂 Je vais bientôt revoir Nathalie car on habite à quelques kilomètres et c’est une personne très attachante. Je te souhaite de passer un bon week-end biz

        Aimé par 1 personne

    2. Respecter tous les être vivants, je m’y essaie aussi mais ce n’est pas toujours facile. Pour plaisanter à la maison, lorsque les enfants écrasent une araignée ou une fourmi, je leur dis que c’est peut-être quelqu’un qui est réincarné… Du coup, on en écrase de moins en moins et on fait l’effort de les chasser en dehors de la maison simplement.
      Nathalie est une personne très attachante. Douce et hyper sensible. Vous avez de la chance d’habiter si près l’une de l’autre.
      Bon dimanche Laurence, à bientôt. Bises

      J'aime

  2. Bonjour Estelle!
    Non,non, la viande n ‘a pas bon goût, (avis tout personnel). Il faut avoir eu un papa boucher à une époque, il faut avoir vécu près d’ un abattoir à une autre époque, et il faut avoir eu une cliente bouchère, venant se faire coiffer entre midi et deux au salon, portant bien malgré elle l ‘odeur de la viande, et c’ est très particulier comme odeur!
    Je n ‘ai jamais regardé ces vidéos d ‘horreur, qui peut ignorer la souffrance animale! A Belfort, près de l ‘ abattoir, il faut avoir vu la frayeur dans les yeux d’une vache qui a réussi à se sauver, affolée. Car l ‘animal sent sa fin, surtout celle qui la mène à l ‘abattoir.
    Il faut avoir croisé ces bétaillères pleines, ou ces camions qui transportent les cochons, personne ne peut nier tout ça. Aussi loin que je me souvienne, je me vois des bouchées de viande en bouche et filer aux toilettes pour les cracher, en colonie de vacances, c’ était un calvaire pour moi. Je n ‘ai jamais mangé d ‘escargots, (ils ont été des compagnons de fortune à une époque), ni de grenouilles( je les aime trop),et je ne mange pas de foie gras ni crustacés. Mais je reconnais que
    j ‘ai presque mis la santé de notre fille en jeu, je dis presque! (je culpabilise bien assez!)
    Par mimétisme, elle ne mangeait pas de viande petite, et ça me convenait en fait, à cette époque on ne parlait pas de protéines végétales de substitution, c’ est une nutritionniste qui a mis le point sur ce qui n ‘allait pas. Et tout dernièrement, sa grossesse en cours, fait qu’ elle est en très grand manque de fer et autres évidences nutritives, alors elle compense par du végétal, des protéines laitières, et en cherchant pour finalement trouver sans mal…, à notre portée maintenant, poulets et oeufs chez les producteurs de plein air, respectueux de la vie animale, et fiers de l ‘être!
    Là où je me fournis pour beaucoup de choses, il y a aussi un éleveur de truites, (Haut-Doubs), le bien-être animal, c ‘est aussi pour les poissons!
    Je reste persuadée, et depuis très longtemps, bien avant que les médias aillent filmer dans les abattoirs, qu’ il faut nous interroger sur la vie de l’ animal qui finit dans nos assiettes, je ne m ‘estime pas non plus végétarienne, ni végétalienne. Je cuisine pour mon sportif de mari, pour notre fils quand il vient, pour les amis, mais il y a de très bons subterfuges pour tricher!!!
    Mais je suis un très mauvais exemple, je mettrais en péril toute une économie et des gens au chômage, et je culpabiliserais encore plus! Pas facile tout ça!
    Par contre, je peux te dire Estelle, qu’ ils ne sont pas prêts de me faire avaler de pauvres criquets et sauterelles, je les aime aussi, mais pas en cakes et apéritifs, dans la nature!!!
    C’ est cool d’ avoir évoqué ce sujet à discussions très diverses, Estelle, merci!
    Bises!
    Carole.

    J'aime

    1. Coucou Carole, il me semble qu’on en avait déjà parlé toutes les 2…
      Mon grand-père était charcutier, sa boutique était dans la maison à côté du salon. Je n’aimais pas l’odeur. Aujourd’hui je déteste rentrer dans une boucherie à cause de cette odeur. Cela sent la mort (c’est mon sentiment). Je suis une sensible. Je n’ai jamais été très viande de toute façon, c’est sûrement pour ça que je ne me sens pas privée. Peut-être pour ça que je n’ai jamais été très épaisse ou costaud 😉 Petite je ne buvais pas mon lait, alors tu peux imaginer comme ma maman se faisait un sang d’encre. J’aimais pas ça et aujourd’hui c’est resté. Ce sont des aliments que je digère mal, qui me fatiguent.
      Je ne sais pas si tu dois culpabiliser pour ta fille. Elle a mangé à la cantine, elle a dû y manger de la viande… Elle a surtout mangé ce qu’elle voulait manger 🙂 Et aujourd’hui notre alimentation est diversifiée, on peut trouver ce qu’il nous faut. Il faut juste prendre du plaisir à se cuisiner des choses qui nous fassent envie 🙂
      Tu as raison de souligner pour le bien être des poissons. Le plus grand massacre se passe d’ailleurs sur ces bateaux usines au milieu des océans.
      Je n’aime pas cet argument qu’ont les gens de dire qu’on va mettre une économie en péril. Pour moi ce n’est pas vrai. Par exemple, les gens qui travaillent dans les abattoirs seraient sûrement mieux à travailler chez un maraicher, tu ne crois pas ? L’économie changerai juste de profil. Il faut plus de maraichers ou petits producteurs pour fournir à tous du local et du bio.
      Moi non plus je ne veux pas de leurs criquets ou autre… Cela reste des animaux 🙂
      Bisous Carole, bonne journée

      J'aime

  3. Je suis sur le même chemin que toi chère Estelle Je ne suis pas au bout mais presque 😏quand je rentrerai je t ecrirai
    Bonne journée et gros bisous

    J'aime

    1. Oui je sais que tu partages mon opinion. Je crois que la difficulté c’est de prendre de nouvelles habitudes alimentaires, mais une fois qu’on a repéré ses recettes et menus, ça se fait avec plaisir. En tous cas, moi je me régale quand je mange 🙂
      Belle journée, bisous

      J'aime

    1. Tu l’as lu toi aussi ? Le plus difficile c’est de passer le pas d’aller voir les images je pense. Mais moi cela m’a aidé à prendre ma décision.

      J'aime

  4. Coucou Estelle ,
    Forcément , les agriculteurs que nous sommes ne pouvons pas devenir vegan ou autres hihihi
    Je voulais juste dire qu’il faut faire la part des choses avec L 214 …
    Une association Américaine ( en partie ) est c’est pas toujours beau chez eux !
    En gros , il y a des industriels alimentaires « végétariens/végan ou autre  » derrière eux alors on comprend mieux leur business …
    Pour les vidéos , ils rémunèrent des gens comme toi et moi pour faire leur propagande et monter la population …. pourquoi ne vont ils JAMAIS dans les abattoirs halal ??
    Je crois que tu l’as si bien dit dans ton billet , on doit tous faire quelque chose pour notre planète , et se respecter mutuellement , respecter les idées des uns et des autres !
    Un looong chemin est à faire pour le bien de notre planète 🙂
    …………

    J'aime

    1. Que les agriculteurs consomment leur production ne me choquent pas, c’est normal. Vous êtes les mieux placés pour consommer de la qualité. Et pour les producteurs bio, vous essayez de faire votre travail dans le respect de l’animal. C’est après que ça se gâte…
      Je sais bien aussi qu’il y a des extrémistes dans la plupart des mouvements pour la protection de la nature, et même s’ils ont tord d’agir comme ils le font, il n’en demeure pas moins que l’hyper consommation nous met tous en danger.
      Sur la question de la viande hallal, j’ai appris ce que c’était en lisant le livre justement. Rassures-toi, ils y vont aussi, mais si dans nos abattoirs les animaux ont une petite chance d’être inconscients avant d’être égorgés, là les animaux souffrent systématiquement. On les autorise à se comporter de la sorte alors on ne peut pas les prendre en faute ! L’être humain se comporte en barbare.
      Si nous pouvions retrouver des petits producteurs bio, locaux et que nous consommions que de temps en temps de la viande, ces usines de production et ces grands abattoirs n’existeraient plus. Et l’agriculteur vivrait mieux aussi.
      Bisous Coco

      J'aime

  5. Bravo tu as franchi le pas! Sans être végétarienne, je ne consomme que peu de viande, on peut très bien s’en passer à condition d’avoir du qualitatif au menu (bio pour de bon et non bio marketing, produits de saison…) Jadis (il y a longtemps), je vivais dans une ferme et on ne consommait que ce qu’on produisait, la viande était trop chère (idem pour le sucre et la farine blanche), on n’en mangeait quasiment pas et on se portait très bien! C’est clair que la planète ne plus fournir, produire autant de viande est destructeur, il n’y a pas que le diesel qui est nocif pour la Terre! Quant au soja, je ne sais plus quoi en penser…
    Tu nous fais réfléchir, bonne soirée, bises.

    J'aime

    1. Tu sais, je pense souvent à ma grand-mère. Son grand jardin n’était qu’un potager. Dans les clapiers, il y avait des lapins, dans les volières des tourterelles, elle ramassait les escargots, les champignons… Les oies et les canards offraient un met lorsqu’elle avait des invités. Le matin, à l’aube, elle faisait le sacrifice avant qu’on ne soit levés.
      Si chacun de nous reprenait ces habitudes (mais je sais bien que c’est utopique), nous aurions une vie plus saine et plus dans le respect des animaux. Mais moi je ne sais pas si j’arriverai à sacrifier un animal par contre 😉
      Belle journée, bises

      J'aime

    1. C’est exactement ça, un bonheur. J’ai comme un poids en moins. Comme tout ce que j’entreprends d’ailleurs dans ma vie aujourd’hui : je fais des choix en âme et conscience et plus je me respecte et plus je suis heureuse 🙂
      Belle journée L

      Aimé par 2 personnes

  6. Je suis dans le même cheminement que toi. Ma fille est végétarienne depuis 1 an et malgré quelques déséquilibre au début, elle se porte bien. Je suis et je reste encore flexitarienne. Mais j’ai exactement le même avis que toi sur notre société d’hyper consommation qui mène à toute cette déroute.
    J’essaye de choisir local et bio. Même si ce n’est pas facile pour tout. Le cheminement doit se faire mais pas à pas. Pour appréhender, comprendre et construire qqch de meilleur.
    Bises

    J'aime

    1. Tout à fait ! Lorsque j’ai été végétarienne la première fois, il y a quelques années, j’avais pris ma décision rapidement, sans appréhender tout ce que cela entrainait pour moi ou ma famille. Au bout d’un an, après mon burn out, je n’ai pas su m’occuper de moi et de ma petite famille en même temps, alors j’ai renoncé à mon choix. Depuis, avec les années, j’ai appris à mieux respecter les besoins de chacun, comprendre mon corps, comprendre ce que je cuisinais. Ce n’est pas si simple, cela s’apprend.
      J’ai longtemps été flexitarienne, cuisinant bio et local. Mais à la lecture de ce livre, j’ai compris que même si un animal est élevé avec amour, quoiqu’il arrive, un jour il doit passer par ces abattoirs qui sont obligatoires. Les petits abattoirs ne survivent pas économiquement, les gros abattoirs ont le monopole et ce qu’il s’y passe est désastreux. Et un éleveur n’a pas le droit d’abattre lui même ses bêtes. Le lobi de la viande veille…
      Chacun doit faire son chemin. Moi je refuse de participer. Tant que l’on consommera, ces gens continueront impunément. La lecture de ce livre peut aider certaines personnes à mieux comprendre ce qu’il se passe. J’avais déjà lu « Faut-il manger des animaux » de Jonathan Safran Foer, mais le fait que cette fois le livre parle d’abattoirs en France, m’a encore plus frappé.
      Belle journée Pascale, bises

      Aimé par 1 personne

  7. Je me retrouve tout particulièrement dans ce que tu écris. Cela fait 4 ans que mon conjoint et moi même sommes végétariens. L’asso L214 on connait bien, je ne regarde jamais leurs vidéos… trop dures. Nous aussi on remangerait surement de la viande si l’élevage et l’abatage devenait humain…
    Pour ma santé et éviter les compléments alimentaires (j’ai un médicament qui détruit zinc b9 b12 et encore d’autres) je mange du poisson deux fois par mois. Et comme en plus ce fichu médicament m’interdit de manger du soja, je dois faire sans :p
    Je cuisine tous les jours végétariens, et si je me posais beaucoup de question au début sur « comment remplacer la viande » c’est devenu maintenant complètement naturel.
    Le seul gros problème que j’ai c’est pour les repas de fête. Là c’est beaucoup plus compliqué. Mais si tu trouves des livres sur le sujet fait moi signe !
    Bises
    Lydie

    J'aime

    1. Bonjour Lydie,
      Si tu as des problèmes de santé, cela ne doit pas aider, mais finalement je pense qu’on peut trouver un équilibre alimentaire en trouvant des substituts.
      Pour moi aussi c’est devenu une habitude de cuisiner sans viande. La difficulté pour moi était de respecter le choix de ma famille et de continuer à leur cuisiner un peu de viande. Maintenant j’ai repéré les plats ou je peux la remplacer facilement et ce n’est plus une difficulté.
      Dans le numéro spécial de Kaizen, tu trouves des recettes en fonction des saisons et des fêtes. Après je n’adhère pas toujours aux recettes végétariennes parce que j’ai du mal à cuisiner le soja. Je prends quelques crèmes dessert ou le haricot mungo pour des salades mais pas de tofu ou de steak végétal créés de la main de l’homme, cela ne me donne pas trop confiance en fait 😉 Alors je fais sans 🙂
      Je pense que je vais vous donner quelques recettes à l’avenir… 🙂
      Belle journée et bises Lydie

      J'aime

  8. On en parle, on en parle souvent nous aussi mais on ne franchit pas le cap.
    On avait commencé à mettre des petits V dans le calendrier pour les jours veggie mais je ne m’y suis pas tenue.
    On avait dit « une semaine veggie par mois » mais on ne le tient pas non plus, pas régulièrement en tous cas, beaucoup de nos repas sont veggie, mais pas forcément tous les repas d’une journée.
    ça me semble, comme toi, presque inévitable. Comme une évidence. Il faut juste arriver au bout du chemin.
    Quand tu auras les bons œufs de tes poules, bien orange, tu te régaleras et auras de bonnes protéines pour remplacer avantageusement la viande.
    Quant aux vidéos L214, je ne veux pas et ne peux pas les regarder. Leur travail est nécessaire et je le soutiens mais c’est comme un film d’horreur pour moi: des cauchemars pendant des semaines à la clef.
    J’entendais hier à la radio que le directeur d’un abattoir épinglé par cette association n’avait écopé que de 3 amendes de 400€ chacune car le tribunal n’a pas pu le poursuivre pour torture sur animaux, alors que les anti-spécistes qui ont vandalisé une boucherie (je ne cautionne pas pour autant), ont été sanctionnés de 6 mois de prison ferme !
    Comme si une vitrine, la propriété privée avait plus de valeur que la vie d’animaux… Bref…
    On est d’accord sur le sujet toi et moi… Mais on n’est juste pas encore tout à fait au même endroit du chemin que toi pour l’instant. (et la semaine de vacances chez mes parents ne va pas aider…).
    Belle journée,
    Aude.

    J'aime

    1. Tu sais ce que je pense ? Et l’auteur est d’accord avec moi. Les gens ne changent pas de comportement parce que justement ils ne veulent pas voir ces visions d’horreur.
      Je ne l’ai pas fait de gaieté de cœur. Je me suis forcée à regarder ce film de quelques minutes pour ouvrir les yeux. Après avoir lu les explications dans le livre, les images ont fini de me choquer. J’ai gardé mes mains sur mes yeux en larmes et j’étouffais un sanglot pour ne pas que les garçons m’entendent.
      Aujourd’hui je suis soulagée d’avoir pris ma décision. Je me sens mieux dans ma peau. Je digère mieux, j’ai l’esprit plus clair. Non, vraiment je n’ai aucun regret et j’aimerai que les gens ouvrent les yeux à leur tour. Et si la cause animale ne leur fait rien, au moins qu’ils prennent conscience que notre planète est en train de mourir à force d’hyperconsommer de la viande. Sans compter ces gens qui travaillent dans les abattoirs et qui ont des conditions de vie inhumaines.
      Vous connaissant, vous y viendrez. Ce qu’il vous faut c’est les recettes. Moi maintenant j’ai pris le pli de cuisiner de la sorte et de remplacer la viande par d’autres ingrédients.
      Belle journée Aude, bisous et bonnes vacances chez les parents 🙂

      J'aime

Répondre à Estelle (“Le jardin de Nell”) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s